Alors que le plan très haut débit se déploie, les entreprises de TP redoublent d’efforts pour recruter des professionnels qualifiés.

« Nous sommes en train de renégocier les délais de livraison avec les communes car il nous manque entre 50 et 100 opérateurs sur le terrain », concède Thierry Tolmer, directeur général de Resonance, la filiale du groupe Firalp spécialisée dans le déploiement de la fibre optique.
À l’image de cette PME (petite/moyenne entreprise), la filière peine à suivre la montée en charge du plan très haut débit (THD), qui entame sa dernière ligne droite. Objectif : couvrir le territoire en Internet très haut débit, notamment par l’installation de fibre optique, d’ici à 2022. Le défi est de taille : environ 20 millions de prises FttH (Fiber to the home) doivent être installées d’ici à quatre ans, contre 10 millions ces dix dernières années.
La construction de ce gigantesque réseau génère un fort besoin en main-d’œuvre à tous les postes. En moyenne, 3 800 nouveaux emplois doivent être créés chaque année. Or, les entreprises spécialisées peinent à attirer des candidats qualifiés et motivés, notamment à des fonctions de piqueteurs*, poseurs de câbles et monteurs/soudeurs.
Abonnés, retrouvez l’article sur le site
https://www.lemoniteur.fr/article/recrutement-les-candidats-n-ont-pas-la-fibre.1991929

À noter, les métiers et les qualités indispensables pour exercer dans la filière à retrouver sur le site de Pôle emploi : http://bit.ly/2RdT5Co

Le saviez-vous ?
Le piqueteur effectue le relevé terrain. Elle, il retranscrit toutes les informations liées au site sur lequel le réseau doit être mis en place (poteaux, chambres, infos environnementales, logement…). Ces éléments sont essentiels pour la faisabilité et les études.
Voir ce métier et bien d’autres sur le site de l’Agence régionale pour l’orientation, la formation et l’emploi Nouvelle-Aquitaine http://bit.ly/2OOEnF9